Le vrai visage de la collocation



Mais il y a le revers de la médaille, au Sichuan on ne parle pas mandarin mais un patois local. Ohh Bien entendu elles maitrisent le mandarin mais mesdemoiselles ne vont pas se fatiguer à parler chinois.
Je me retrouve donc au milieu du repas me retrouvant pour le moins inexistant à me bruler sous une nourriture trop épicée. Mais quand je dis inexistant c'est vraiment en mode fantôme. J'en viens donc à me questionner sur la raison de leur invitation.
De temps en temps l'une d'elles me pose un "Tu as encore faim?" non pas pour m'intégrer à la conversation mais plus par marque d'attention. C'est très gentil de leur part je ne leur en fais pas le reproche mais nos échanges sont très limités. La faute non à mon niveau de chinois mais à mes interlocutrices trop paysannes pour comprendre qu'une vie en société fonctionne par le dialogue.

Je me retrouve donc à faire un monologue auquel elles répondent par des hochements de tête. Et quand je leur parle de "Paris", cela met la puce à l'oreille à Lingling :
"Mais je pensais que tu étais français" me coupe Lingling. Aujourd'hui je viens de lui apprendre que Paris est la capitale de la France et non de l'Angleterre. Confondre Paris et Londres, sans doute les 2 villes les plus connues au monde, me fait prendre une expression autant ahurie qu'hébétée.

C'est donc à ce moment-là que je prends conscience du niveau d'éducation de ces charmantes demoiselles : Aucune étude et en guise de job elles font le service dans un karaoké. L'idée que ce soit des prostitués m'effleure soudain l'esprit, il est en effet fréquent d'en croiser dans ce genre d'établissement. ( Les karaokés sont extrêmement populaires en Chine, bien plus que les boites de nuit ).

Ma chambre initiale
La chambre pour laquelle j'avais signé le contrat.


Le repas touche à sa fin. Le sentiment que mon chinois ne progressera pas avec elles m'envahit, et l'avenir me donnera raison.
Dans le milieu d'où elles viennent la courtoisie n'existe pas. Celle qui demande à ce qu'on s'adapte au niveau linguistique de son interlocuteur ou qu'on l'invite à prendre part à la conversation. Mais cela demande avant tout de parler un langage qu'il puisse comprendre, et non le patois de trifouilli-sur-Loire.

Je les remercie pour ce délicieux repas et me congédie par moi-même dans ma chambre. Je lance un regard au passage aux portes fermées de mes autres collocs, en espérant que ces derniers soient plus civilisés, encore faut-il qu'ils sortent de leur hibernation.
Les jours défileront et les portes resteront toujours fermées. "Peut-être qu'ils sont morts" en viens-je à me questionner et m'imaginant le cadavre d'un de mes collocs en putréfaction découvert par l'odeur nauséabonde qui s'échappe de dessous sa porte. Mais le bruit d'une porte voisine qui s'ouvre et se referme aussitôt très tard dans la nuit répondra d'elle même à mes interrogations.

Les semaines défilent et tel un jouet l'excitation des premiers jours laisse place à l'indifférence voir à la lassitude. Mes petites demoiselles semblent m'avoir complètement mis de coté, à moins que ce soit moi qui est compris la perte de temps de fraterniser avec des extra-terrestres. Ce gouffre culturel ne se fermera pas et mon chinois ne progressera pas. Je maudis ma BA qui m'a valu en tant que bon diplomate de céder ma grande chambre pour vivre dans un trou à rat.

 

Mon trou ? rats
Mon trou à rat ....



Poster un commentaire

Pseudo
Commentaire
Quelle est la capitale de la Suisse ?




Les commentaires







Mes dernières nouvelles

François l'pacha

François l'pacha

Mon cousin, François, découvre la Chine ...

Souriez, la vie est belle

Souriez, la vie est belle

24 juillet 2012, jour de mon retour en France.

Les 3 gorges

Les 3 gorges

Le barrage des 3 gorges et la descente du fleuve Yangtzé en ferry.
Du 4 au 9 juillet 2012.

Recevoir de mes nouvelles par mail